Mission Tongariro

BE PREPARED : ces deux mots qui peuvent faire peur quand on vous parle du Tongariro National Park. On nous l’avait dit, le Tongariro c’est beau (classé au patrimoine mondial de l’UNESCO), c’est long et on peut avoir les quatre saisons en une journée. Scrutant la météo depuis plusieurs jours et croisant les doigts, c’est le samedi 9 mai que nous nous sommes lancés dans l’aventure et nous avons bien fait. Il est rare d’avoir une journée de ciel bleu total sur cette randonnée, des milliers de personnes font cette randonnée dans le brouillard complet sans voir ce que le paysage peut offrir.

Pour résumer, le Tongariro Alpine Crossing c’est LA randonnée à la journée de Nouvelle-Zélande, la plus populaire et classée parmi les plus belles au monde (voir liste). C’est une traversée du paysage volcanique du cœur de l’ile du nord, longue de 19 kilomètres. L’arrivée et le retour étant à deux endroits différents, il est nécessaire de payer une navette retour pour 35 dollars chacun ou bien s’arranger avec d’autres randonneurs. Nous avons tenté une troisième option : faire demi-tour aux Emerald Lakes.

SAMSUNG CSC

Comme nous le disions, la météo sur cette randonnée est capricieuse : température négative et vent au programme, nous avions donc prévu gants, bonnets, doudounes. Malgré cela, croyez nous, au sommet nous étions glacés !

Déroulé de la journée

Note : toutes les photos sous un ciel bleu ont été faites au retour des Emerald Lakes puisqu’à l’aller nous avons été dans le brouillard 

– Réveil prévu à 6h du matin car avec ce que nous avions lu et entendu, c’est une longue marche et mieux vaut partir tôt pour ne pas avoir à courir (finalement à la fin de la journée nous nous sommes rendus compte qu’il vaut mieux partir tôt pour ceux qui font le circuit d’un bout à l’autre et qui prévoient de prendre la navette qui n’attend pas, dans notre cas cela se fait facilement même en partant à 10h)

– La première partie partant du parking Mangatepopo va jusqu’à la vallée Soda Springs. Cette première partie dure à peu près une heure et est assez plate avec une légère ascension à la fin. D’autant plus qu’elle est aménagée, nous marchons sur des planches de bois tout le long. Nous avons tenu un rythme bien soutenu et avons eu d’ailleurs bien chaud avec notre attirail hivernal. Nous avons été très impressionnés du monde qu’il y a, surtout à cette heure-là !! C’est une vraie autoroute du randonneur !

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

– L’étape qui suit est beaucoup plus fatigante, une ascension de 370 marches (appelées les devil’s stairs) jusqu’au South Crater. A ce moment-là nous aurions bien aimé faire des petites pauses en admirant le paysage mais nous étions en plein brouillard !! Cela aura été la partie la plus fatigante pour nous car avec les randonneurs derrière il n’est pas conseillé de s’arrêter toutes les 5 minutes mais au moins cela motive et l’on se sent porté par la foule ! Les escaliers débouchent au pied du Mont Ngauruhoe qui culmine à 2287 m (le Mont Doom dans la trilogie du Seigneur des Anneaux où Frodon jette l’anneau).

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

– Ensuite nous avons entrepris la montée délicate jusqu’au Red Crater toujours dans le brouillard et avec un vent à décorner les bœufs. La montée n’a pas été difficile mais elle n’est plus du tout balisée puisqu’on grimpe dans des éboulis de sable et de roches. Ajoutez à cela aucune visibilité et le vent, cela fait assez peur. Nous sous sommes demandé dans quoi on s’était engagés. Le Red Crater est le point culminant de la randonnée : 1886 m

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

– Dernière partie pour nous : la descente de 20 minutes jusqu’aux Emerald Lakes. Cette partie, bien qu’en descente, n’est pas simple puisqu’elle est à flanc de montagne et toujours dans le sable volcanique et c’est d’ailleurs très impressionnant ! Beaucoup de personnes tombent sur cette partie-là ! Pour notre part, nous ne sommes pas tombés mais avons pris notre temps en faisant des virages comme au ski. Les Emerald Lakes sont une magnifique récompense à l’arrivée (sûrement le point phare de toute la randonnée aussi). Quand nous sommes arrivés, le brouillard les cachait mais dès qu’une éclaircie arrivait quel spectacle et quelle couleur ! Leur teinte est d’ailleurs liée aux minéraux acides. En tout la montée nous a pris 2h30. Nous avons fait une pause en haut pour reprendre des forces et attendre que le ciel se dégage malgré le froid et le vent.

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

– Comme expliqué en début d’article, nous avions fait le choix (après longue discussion) de retourner sur nos pas après la descente aux Emerald Lakes au lieu de faire le trek en entier et de payer une navette hors de prix ou de faire du stop. Beaucoup de voyageurs comme nous ont fait ce choix et ne le regrettent pas et beaucoup nous ont dit que la partie après le Blue Lake est moins intéressante puisqu’on descend dans la forêt. Et finalement nous savons que nous avons pris la bonne décision ce jour-là car ayant marché toute la première partie de la randonnée dans le brouillard, nous aurions manqué toutes les beautés du paysage. Tous les randonneurs râlaient car ils savaient qu’ils ne verraient pas ces paysages et ayant déjà réservé la navette, ils n’avaient pas d’autre choix que de continuer. A 10h30 nous avons donc pris le chemin en sens inverse avec le soleil et avec une visibilité parfaite. Par contre nous étions face au vent, ce qui a rendu la montée jusqu’au Red Crater difficile !

Bilan

Malgré le brouillard du matin, nous avons adoré cette randonnée qui offre un paysage à couper le souffle ! Finalement nous avons grimpé assez rapidement avec des mini pauses dans les escaliers. Nous avons fait une bonne heure et demie de pause-déjeuner et attente en haut des Emerald Lakes et sommes revenu au parking à 14h et des poussières. Nous ne regrettons pas notre choix d’avoir fait demi-tour au contraire et cela nous a permis d’économiser 70 dollars minimum (les navettes sont un vraie commerce ici et ils en abusent fortement !). Nous sommes fiers de nous et finalement la randonnée n’est pas si difficile que cela (aucune courbatures), les conditions la complique fortement certes. Si vous êtes de passage en Nouvelle-Zélande, vous devez ABSOLUMENT faire cette randonnée qui vous en mettra plein les yeux !

Publicités